Un jour, un des Saints #20 – Barbe

On est à la bourre, aujourd’hui, on est à la bourre ! Désolée, je ne vais pas vous raconter ma vie, ce qui serait barbant, alors passons vite sur les excuses pour recoiffer mon couvre-chef de Christophe Barbier de l’hagiographie. Bref, passons aujourd’hui au peigne fin la vie de sainte Barbe. Sainte Barbe, une sainteté au poil ! Pardon. Filons sans plus tarder via la gare de Lyon, non pas à Göttingen, mais dans l’actuelle Turquie, via l’Orient Express, ce sera plus confortable, pour rejoindre sainte Barbara.

3102
Pour faire plaisir à Pierre, le stagiaire, voici la statue de sainte Barbe venant de la chapelle Saint Théodule à Labergement sainte Marie, 25160. Je t’en prie Pierre. ©archives Morellet

Il était une fois la fille d’un riche païen, belle comme le jour, belle comme l’amour. D’amour justement, il n’était pas question. Son père assez autoritaire refuse de laisser la main de sa fille à quiconque. Du reste, elle était encore jeune. Ledit père, dénommé Dioscorus (ou Dioscore, pour les allergiques au latin), était un pragmatique devant l’éternel. Quelle est la solution la plus pratique pour empêcher sa fille d’être courtisée ? L’enfermer dans la plus haute tour de son palais ! On dirait un mauvais conte de fée… Au moins, on sera tranquille, se dit-il.

Une déco au poil

Que nenni, cela ne se passa pas comme prévu ! Les seules personnes autorisées à accéder à notre sainte étaient de vieux philosophes dégarnis et décatis qui ne trouvèrent rien de mieux que de la convertir au nez et à la barbe de son père… Celui-ci, ne se doutant de rien, rentra un jour dans la chambre de sa fille, avec son air débonnaire, lorsqu’il constata avec effroi que Barbe avait refait toute la déco de sa chambre ! Fini le charme rustique et délicieusement rétro de la pierre apparente, il y avait maintenant des croix partout ! Barbe s’étant sentie pousser des ailes, avait également percé une autre fenêtre pour porter le nombre d’ouvertures à trois, rappelant ainsi la sainte Trinité.  Pour vous décrire la réaction du Papa de Barbe, prenez celle des participants à D&Co qui sont ébahis devant leur nouveau salon à rayures vertes et fuschia, avec des miroirs au plafond, ou celle du vendeur dans Maison à vendre, qui n’a plus du tout envie de vendre son pavillon après que Stéphane Plaza a viré les pigeons en terre-cuite qui trônaient sur le buffet de la salle à manger. Eh bien c’était tout l’inverse pour Dioscorus. Il enjoignit sa fille de ranger sa chambre et à la remettre en état. Mais Barbe rouspète. Elle s’était donné un mal de chien pour refaire sa chambre à son goût… Autant d’insolence ne pouvait que hérisser les poils de Dioscorus, qui, tout hirsute, se mit dans une colère noire, devint tel Attila et avait envie de tout raser.

Un beau jour, ou peut-être une nuit, surgit un aigle noir

Dioscorus n’allait pas s’embarrasser d’une Barbe qui lui tenait tête, fut-ce sa fille. Il défourailla son sabre pour trancher la chair de sa chair, quand tout à coup un ange arriva en trombes. Les anges, il n’y a pas à dire, c’est plus rapide que la cavalerie ! L’ange prit Barbe avec lui et l’emmena sur une montagne, pour tenter de la protéger. Mais le papa rouge de colère sanguinaire n’allait pas s’avouer vaincu. Il retrouva sa Barbe, la traina par les cheveux jusque chez le juge, un dénommé Marcien, qui dit « ok, allez-y, tuez-la ». Et là, chers lecteurs, c’est le triomphe de la violence, c’est une histoire qui relèguerait presque Orange Mécanique au rang de film jeunesse. Jugez plutôt : on commence à la trancher à coup d’ongles de fer, on la fait rouler sur des débris de bouteille, puis on la brûle, puis on lui coupe les seins, alouette, alouette… Mais Barbe est coriace, si elle dit probablement « aïe », rien n’y fait, elle est toujours debout, toujours vivante. Son père s’impatiente, et décide de congédier les bourreaux pour finir la macabre besogne. Il l’emmène en haut d’une colline, dégaine sa hache et sépare nette la tête de Barbe du reste du corps. Mais comme pour sainte Aude, tout ce gore quasi-hollywoodien n’allait pas sans justice divine. Qui se sert de l’épée périra par l’épée. Au moment où il décapita sa fille, il fut rôti telle une côtelette d’agneau par une chaude journée estivale. 1 partout.

Ironie de l’histoire, sainte Barbe est la patronne des pompiers, et un paratonnerre ecclésial (on l’invoque contre la foudre). Elle est également souvent représentée avec sainte Catherine d’Alexandrie, toute les deux vierges et martyres.

L’instant #JimpressionneDansLesDîners : sainte Barbe est aussi la patronne des tripots. « Y a plus de respect ».

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s