Un jour, un des Saints #25 – Eulalie

Eulalie, voici un prénom qui ne va pas toucher grand monde hormis les fanas de Proust, qui se souviendront telle une madeleine de la vieille domestique de la tante Léonie. D’ailleurs il faudra encore m’expliquer comment une sourde pouvait-être au courant d’autant de ragots ! Mais bon, ce n’est pas le sujet, et allons plutôt du côté de l’Espagne pour y rencontrer Eulalie, en 304.

 

A vrai dire on ne sait que très peu de choses sur notre sainte du jour. Eulalie était réputée être belle et pure comme toute jeune fille en fleurs.

Notre madeleine de Proust aujourd’hui est sainte Flora, si l’on veut résumer la vie d’Eulalie : jeune, espagnole et martyre.

Très jeune même car elle n’avait que 13 ans. Mais sous l’Empire romain, un chrétien, même à 13 ans, reste un chrétien, et donc doit être condamné. Eulalie n’échappa donc pas à la règle. L’instant poétique du jour, est qu’une colombe sortit de la bouche de notre sainte lorsque celle-ci rendit son dernier soupir.

C’est à peu près tout ce que nous savons d’elle. Cela dit, la chose extraordinaire est qu’elle fit énormément couler d’encre par la suite : saint Augustin, Grégoire de Tours, l’évêque de Poitiers Fortunat, la Séquence de sainte Eulalie,… Bien des œuvres font référence à cette sainte martyre juvénile, quand bien même on ne sait si peu de chose de cette jeune fille de Mérida.

Plus récemment, c’est Federico Garcia Lorca, qui s’y est collé, en y consacrant un poème dans son célèbre Romancero gitano. Or comme j’aime bien la poésie, et que je n’arriverai sans doute jamais à la cheville de Garcia Lorca, je vous livre ici ses vers :

LE MARTYRE DE SAINTE EULALIE

PANORAMA DE MÉRIDA

Dans la rue court et bondit
Un cheval à la queue longue
Tandis que jouent où sommeillent
Quelques vieux soldats de Rome.
Une futaie de Minerves
Ouvre mille bras sans feuilles.
De l’eau suspendue redore
Les arêtes de rochers.
Une nuit faite de torses,
D’étoiles au nez cassé,
Attend les fentes de l’aube
Pour s’écrouler toute entière.
De temps à autre résonnent
Des jurons à crête rouge.
Les soupirs de l’enfant sainte
brisent le cristal des coupes.
La roue aiguise ses lames
et ses crochets suraigus.
Le taureau des forges brame
Et Mérida se couronne
De nards presque réveillés
et de mûres sur leurs tiges.

LE MARTYRE

Voici Flore nue qui monte
De petits escaliers d’eau.
Le Consul veut un plateau
Pour les deux seins d’Eulalie.
De la gorge de la sainte
Sort un jet de veines vertes.
Son sexe tremble, embrouillé
Comme un oiseau dans les ronces
Sur le sol, déjà sans norme,
Sautent ses deux mains coupées
Pouvant encore se .croiser
Dans une prière ténue,
Ténue mais décapitée.
Et par les trous purpurins
Où naguère étaient ses seins
On voit des ciels tout petits
Et des ruisseaux de lait blanc.
Mille petits arbres de sang
Opposent leurs troncs humides
Aux mille bistouris du feu.
De jaunes centurions,
Chair grise ayant mal dormi,
Vont au ciel entrechoquant
Leurs armures en argent.
Pendant que vibre confuse
Une passion de crinières
Et d’épées longues et courtes
Le Consul sur son plateau
Tient les seins fumés d’Eulalie.

ENFER ET GLOIRE

La neige ondulée repose.
Eulalie pend à son arbre.
Sa nudité de charbon
Charbonne les airs glacés.
La nuit tendre brille haut.
Eulalie morte dans l’arbre.
Tous les encriers des villes
Versent l’encre doucement.
Noirs mannequins de tailleurs
Vous couvrez la neige au loin.
Vos longues files gémissent
Un silence mutilé.
La neige vient à tomber.
Eulalie blanche dans l’arbre.
Des escadrons de nickel
Joignent à son flanc leurs lances.
On voit luire un ostensoir
Sur un fond de ciels brûlés
Entre des gorges d’eau douce,
Des bouquets de rossignols.
Sautez, vitres de couleurs !
Eulalie blanche sur neiges.
Des anges, des séraphins
Disent : Sainte, sainte, sainte.

Voilà. Rien à ajouter.

L’instant #JimpressionneDansLesDîners : La Séquence de sainte Eulalie, ou Cantilène, que nous avons évoqué est la première œuvre écrite en langue romane (langue d’oïl), l’ancêtre du français, vers 880 dans l’abbaye de saint-Amand. C’est une donc une œuvre majeure du point de vue historique.

 

A demain pour de nouvelles aventures !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s