Un jour, un des Saints #28 – Lucie

Santa Lucia, c’est bien plus que de la mozzarella, c’est une des plus importantes fêtes du temps de l’Avent. C’est aussi, à la base, une grande sainte sicilienne. Patronne des électriciens alors qu’elle vivait du temps des lampes à huile, patronne des ophtalmos, mais aussi des aveugles (tout et son contraire me direz-vous)… Alors pour cette sainte lumineuse, Lux Fiat comme on dit du côté de Turin !

Nous sommes au IVème siècle de notre ère, sous Dioclétien, dans le dernier wagon des grandes persécutions romaines. Il faut dire que Dioclétien était extrêmement tatillon avec les chrétiens, il fallait tous les tuer.

Lucie fut tout de même élevée par sa mère en chrétienne, et avait un petit faible pour sainte Agathe, une autre sainte martyre locale. Lucie venait d’une excellente famille de Syracuse, mais son père semble être décédé depuis un petit bout de temps déjà.

Un jour, sa mère étant malade, Lucie vint se recueillir sur la dépouille de sainte Agathe, à Catane, pour la soigner. Quelle ne fut pas sa surprise de la voir sortir de son tombeau ! Elle lui dit, en gros, « soigne-la toi-même ! Tu es ma sœur, et tu vas finir pareil que moi, tu seras la gardienne de Syracuse ».  Autant vous dire que la petite Lucie était partagée. Autant être appelé à avoir le même destin que son modèle, c’est extraordinaire, autant lorsqu’on connait le destin d’Agathe et les supplices qu’elle a subits, on se dit qu’une autre destinée eût été plus aisée… Mais il en fallait plus pour décourager la jeune Lucie. Cette prémonition, c’était un honneur, et non un fardeau.

Et bis repetita

Comme pour Agathe, Lucie allait tomber pour une histoire de mœurs. Ayant consacré son corps à Dieu, elle refusa la main d’un de ses prétendants. Celui-ci, jaloux, ne trouva rien de mieux à faire, en guise de vengeance, que de dénoncer Lucie comme étant chrétienne. C’est bon, elle venait d’obtenir son passeport pour l’Au-Delà.

Le préfet la fit mander. Comment punir une vierge ? En l’envoyant dans une maison de tolérance bien sûr ! Quoi de mieux que de souiller une immaculée ? Néanmoins, l’expérience ne fut pas concluante, immobile et intransportable, même par mille bœufs, elle retourna devant le préfet. Quel était son secret, demanda-t-il ? Facile Emile, le Bon Dieu s’en mêle ! Fou de rage il l’enduit d’huile, avant de vouloir la brûler.

Mais rien y fait, dur à croire, mais Lucie est une dure à cuire. Les flammes, très peu pour elle. Du côté des tortionnaires, on en vient à désespérer. Va-t-elle finir par mourir, oui ou non ? Finalement, on se regarda, et se dit que les bonnes vieilles méthodes manuelles étaient les meilleurs : on lui trancha la gorge, et lui arracha les yeux. Elle ne rendit son dernier soupir qu’après avoir communié. Chrétienne avant tout.

Nuremberg_chronicles_f_125r_2
« C’est juste une égratignure ! » – Chroniques de Nuremberg ©Creative Commons

 

L’instant #JimpressionneDansLesDîners : En Hongrie, outre la sainte Lucie, il existe son homonyme maléfique : la dame Lucie, ou Luca-asszony, en VO. Traditionnellement, le jour de la sainte Lucie est donc le grand jour de toutes les superstitions.

2 commentaires sur “Un jour, un des Saints #28 – Lucie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s