Un jour, un des Saints #52 – Alix

Heureux qui comme Alix a fait un beau voyage, diraient les amoureux des calembours et des bandes dessinées. Malheureusement, on ne vous vendra pas les Seychelles ou la Grèce Antique avec Alix, mais les Vosges du XVIIème siècle. C’est très bien quand même, d’autant qu’Alix est une amie de Pierre. Alors n’attendons plus une seule seconde et rendons-nous sur place, dans les Vosges, la patrie de l’Imagerie d’Épinal et de Jack Lang.

Remiremont_-_Ancien_palais_abbatial_9
l’ancien palais abbatial de Remiremont, c’est très joli, bien qu’on ne le voit pas depuis la nationale quand on va vers Vesoul ou Mulhouse… ©Creative Commons

 

Single Lady

Nous sommes à Remiremont, ville célèbre pour ses chanoinesses et son (ancienne) industrie textile, en 1576, le 2 février de l’an susdit. Alix Le Clerc, beau poupon, venait de voir le jour sur cette terre. Son père, Jean, était seigneur de Roville-aux-Chênes, à l’autre bout du département, en direction de Nancy. Bref, Alix était bien née, promise à un avenir radieux de luxe, de calme et de volupté, et entendait bien, à l’instar de sainte Angèle, en profiter. Elle enflammait les dancefloors de l’époque, s’attirant autours d’elle une belle cour, quand soudain, tout à coup, elle tomba gravement malade.

Le sens de la vie

Malade, certains se mettent à la musique, d’autres, comme Alix, à la lecture. Elle réfléchit beaucoup au sens de la vie, aux plaisirs, et se rapprocha du même coup de Dieu. Bon, chi va piano va sano, elle faisait son chemin vers la foi exemplaire par petites touches. Il faudra une apparition de la Vierge pendant la messe pour qu’elle décide de tout plaquer. Elle devait être pourpre de confusion devant son ancienne vie de péchés, et décida de mener une vie d’ascète dans la prière, ne s’habillant plus qu’en paysanne. Elle avait trouvé en elle la faille, Alix. C’est à ce tournant de sa vie qu’Alix fit la rencontre de saint Pierre Fourier, qui devint son confesseur.

Se voiler la face

Mais mener une vie de prière, c’est bien, avoir un confesseur attitré, c’est encore mieux, mais se tourner vers les autres, c’est l’idéal ! Il ne faut pas oublier qu’Alix était très mondaine. Elle décida donc d’ouvrir une école de jeune fille et par là même de créer une nouvelle communauté. Saint Pierre Fourier, d’abord réticent, lui donna finalement sa bénédiction. La communauté, si elle n’était pas reconnue par Rome avant la mort de notre bienheureuse Alix, se mua en congrégation religieuse le 21 novembre 1617 (Pierre Fourier était de la partie), avec la bénédiction du primat de Lorraine. Exit Alix, bonjour Mère Thérèse de Jésus (cela ferait presque Lisieux !). La congrégation de Notre-Dame était née. Tout grossit jusqu’à compter 80 monastères et plus de 4.000 religieuses à la veille de la Révolution. En 1962, après s’être internationalisée, elle devint les Chanoinesses de Saint-Augustin de la Congrégation de Notre-Dame.

Quant à Alix, elle mourut le 9 janvier 1622, en odeur de sainteté à Nancy, et fut le guide spirituel du duc de Lorraine. Mondaine un jour, mondaine toujours !

L’instant #JimpressionneDansLesDîners : La congrégation possédait à Paris le pensionnat de l’Abbaye-aux-Bois, dans lequel s’étaient retirés au XIXème siècle Madame Récamier, et Chateaubriand, qui venait y donner la lecture de ses Mémoires d’Outre-Tombe en avant premières à ses admiratrices.

A demain pour de nouvelles aventures !

 

Un commentaire sur “Un jour, un des Saints #52 – Alix

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s