Un jour, un des Saints #64 – Vincent

Chevalier de la table ronde, goutons voir si le vin est bon ! Aujourd’hui, c’est un peu le saint patron de la picole (enfin des vignerons et autres viticulteurs), comme saint Théodule, le saint patron familial de Pierre notre stagiaire (cela faisait longtemps qu’on en avait plus parlé de celui là !)

A ce propos, connaissez vous la différence entre un viticulteur et un vigneron ? Un viticulteur cultive la vigne, tandis que le vigneron, non seulement cultive son raisin, mais le vinifie également. Voilà voilà pour la pause agricole, passons maintenant dans le vif du sujet, voire, de circonstance, mouillons-nous !

Vincent était un diacre espagnol, mis en lumière par Prudence, Jacques de Voragine (c’était vraiment le Zitrone ou le Brialy des saints, il faisait vraiment tout le monde cet hagiographe !) ou encore, petit privilège, saint Augustin en personne. Aujourd’hui, la saint Vincent Tournante en Bourgogne (le samedi suivant la saint Vincent) ou en Champagne, la France viticole entière célèbre ce saint, qui au final, n’avait pas grand chose à voir avec la picole.

Les sarments d’une légende

Saint Vincent était un diacre donc, sous Dioclétien. Les chrétiens espagnols n’étaient pas, comme du temps de sainte Flora, persécutés par le califat, mais par l’empire… Les pauvres, ils ont tout de même eu des débuts difficiles dans la péninsule ibérique ! Un diacre, à l’époque, n’était pas le serviteur d’une paroisse que l’on connait aujourd’hui, mais assistait directement l’évêque. En l’occurrence, l’évêque saint Valère. Ce dernier ressemblait plus à une momie qu’à un fringant évêque, et aussi avait-il des défauts d’élocution. Il n’avait donc ni la force, ni la capacité de sillonner l’Ibérie. Il déléguera donc son pouvoir d’aller prêcher la bonne parole à son diacre Vincent, dont la voix qu’avec respect tout l’Espagne admire, est ce qui manque à l’évêque. Vincent et Valère, c’est un peu Cyrano et Christian. Voilà pour le factuel.

Les raisins de la colère

A partir de cet instant de l’article, je vous prierai de ne plus rien prendre pour argent comptant. En effet, la légende de saint Vincent, c’est comme un bon Vosne-Romanée, cela se bonifie avec l’âge. Au fur et à mesure, chacun en est allé de sa petite touche, de son assemblage, voire en rajoutant parfois quelques sulfites à la vie de saint Vincent pour ne pas qu’elle s’oxyde.

A force de prêcher, Vincent commençait à faire du bruit dans toute l’Espagne, au point que ce brouhaha parvint aux oreilles du procurateur (sorte de préfet français, gouverneur d’une province) local, Dacien. Par sa parole, Vincent défiait les autorités romaines anti-chrétienne, et cela donnait donc du grain à moudre aux persécuteurs. Vincent, ainsi que monseigneur l’évêque Valère furent arrêtés sans sommation. En raison de son grand âge, et du fait qu’il avait confié les rênes effectives à Vincent, Valère fut simplement exilé. Mais pour Vincent, cela n’allait pas se passer comme cela, surtout qu’il allait en prendre pour deux, voire pour tous. Il servirait ainsi d’exemple.

Fais comme l’oiseau

On commença les agapes morbides en le torturant sur la maie d’un pressoir (la partie basse du pressoir, servant à récupérer le jus, NDLR), mais sur son pressoir, Vincent faisait toujours sa petite moue joyeuse. Dacien était fou de rage. Il se sentait dépérir, et le fait que Vincent puisse lui survivre revenait à pousser le bouchon un peu trop loin. Dacien avait de la bouteille niveau supplice, et s’exclama :

Je n’ai pu dompter Vincent pendant sa vie, je le poursuivrai au-delà de la tombe

Ainsi prit-il ses disposition pour ne pas qu’on puisse enterrer (et donc se recueillir) sur la dépouille de saint Vincent. Un fois mort, on emmena la dépouille de notre saint en plein milieu du désert, livré en quatre-heure aux bêtes sauvages locales. Mais un corbeau, en croassant (car le corbeau croasse tandis que le serbeau croate), vint empêcher un loup de croquer dans le saint Vincent. Les autorité, devant l’échec de cette première tentative de faire disparaitre le corps, décidèrent de passer à la méthode aquatique.

Le vieil homme et la mer

On envoya donc la dépouille lestée de saint Vincent au fond de la mer. Ainsi, sauf à inventer les sous-marin, personne n’aurait pu remettre la main sur saint Vincent. Les autorités romaines étaient assez acharnées, et n’entendaient pas mettre de l’eau dans leur vin.

Néanmoins, Vincent, toujours escorté par un corbeau, mit les turbines doubles et regagna la côte avant même l’équipage du bateau qui venait de le jeter à la mer. Eh oui, saint Vincent, c’est également un mix entre Michael Phelps et Eric Tabarly… Revenu sur la terre ferme, Vincent alla trouver une brave femme pour lui indiquer où se trouvait sa dépouille. Vincent, ou le poil à gratter de Dacien jusqu’après sa mort. Il y a des jours comme cela, je ne vous raconte pas…

L’instant #JimpressionneDansLesDîners : Il fut fondé à Paris une abbaye dédiée à saint Vincent, c’est devenue, depuis son abbé le plus célèbre, saint Germain, l’abbaye de saint Germain des Prés à Paris !

A demain pour de nouvelles aventures !

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s